Skip to main content

En quoi la constitution en société est-elle avantageuse sur le plan fiscal?

Deux personnes assises à un bureau et regardant un ordinateur portable.

Il se peut que vous ayez entendu dire que constituer une société pour exercer la profession médicale peut vous faire économiser beaucoup d’argent. Oui, mais comment?

Constituer une société, ou « s’incorporer », signifie créer une personne morale qui devient responsable de l’exploitation de votre entreprise. La société est une entité distincte de vous, le médecin, et vous en êtes actionnaire ainsi qu’administrateur ou employé. C’est vous qui contrôlez la société, mais elle gagne des revenus de manière autonome et paie l’impôt qui s’y applique.

En exerçant votre profession en société, vous pourriez reporter une partie de vos obligations fiscales et accélérer ainsi l’accumulation d’épargnes en vue de la retraite.

En effet, les sociétés médicales professionnelles bénéficient du taux d’imposition des petites entreprises, qui est d’environ 12 % selon la province ou le territoire de résidence. Après déduction des frais généraux, les revenus que tire votre société de l’exercice de vos activités médicales (maximum de 500 000 $ par année; ce montant varie d’une province à l’autre) seraient imposés à un taux inférieur à celui des particuliers, qui, pour un médecin, peut s’élever à 50 % ou même plus.

La société peut investir les sommes ainsi économisées et les faire fructifier. Vous devrez payer l’impôt plus tard, lorsque vous retirerez l’argent de la société, mais vous aurez entre-temps accumulé des revenus grâce à l’impôt reporté — sans compter que votre revenu se trouvera probablement dans une fourchette d’imposition inférieure si vous êtes en congé, travaillez à temps partiel ou êtes parti à la

Un exemple d’avantages fiscaux de la constitution en société

 retraite.

Maria1, 35 ans, est omnipraticienne et gagne 300 000 $ annuellement (après déduction de ses frais généraux, mais avant impôts). Maria estime ses besoins financiers à environ 114 500 $ par année. De plus, elle tient à maximiser les cotisations à son REER et à son CELI2.

Voici deux scénarios : le premier où elle ne constitue pas de société pour exercer ses activités et le second où elle le fait. Cette comparaison montre combien elle peut épargner en plus si elle constitue une société, compte tenu de sa situation.

Scénario 1 : Sans société

[Voir la version texte : A] 

Si elle n’exerce pas ses activités en société, Maria peut investir 77 500 $ au total :

[Voir la version texte : B]

Scénario 2 : Avec une société

Si Maria constitue une société pour exercer ses activités professionnelles, le calcul de l’impôt prend en compte l’impôt des entreprises et celui des particuliers.

Au sein de la société, elle pourrait économiser environ 73 000 $. Voici comment :

[Voir la version texte : C] 

Jetons un œil du côté des comptes personnels de Maria, soit son REER et son CELI.           

[Voir la version texte : D] 

En constituant une société, Maria peut investir un total de 106 270 $ :

[Voir la version texte : E]

Profiter du report de l’impôt

En résumé, si Maria n’exerce pas ses activités en société, elle dispose de 77 500 $ aux fins de placement, tandis que la somme bondit à 106 270 $ si elle constitue une société (ces deux montants comprennent les cotisations au REER et au CELI).

[Voir la version texte : F]

La constitution en société permet d’investir chaque année un montant supplémentaire de 28 770 $ ou plus, ce qui accélère l’accumulation d’épargnes en vue de la retraite. Voilà où réside l’avantage du report de l’impôt.

Communiquez avec un conseiller MD* pour découvrir comment nous pouvons vous aider.

1 Cet exemple est fictif et il n’est présenté qu’à titre de simple illustration. Il ne représente la situation financière d’aucun véritable client. Toute ressemblance avec une situation réelle serait purement fortuite.

2 Dans les deux scénarios, on a utilisé les plafonds de cotisation REER et CELI pour 2020.

 

VERSIONS TEXTE

A. Incidence fiscale de ne pas exercer en société

Revenu professionnel net (après déduction des frais généraux)

300 000 $

Cotisation REER

(27 230 $)

Impôt des particuliers exigible**

(108 000 $)

Liquidités après impôt

164 770 $

Frais de subsistance

(114 500 $)

Cotisation CELI

(6 000 $)

Liquidités après impôt pouvant être investies

44 270 $
 

[Retourner à l’illustration : A]

B. Sans société : Montant total pouvant être investi

REER

27 230 $

CELI

(114 500 $)

Compte de placement personnel non enregistré

(6 000 $)

Montant total pouvant être investi

44 270 $

[Retourner à l’illustration : B]

C. Incidence fiscale d’exercer en société

Revenu professionnel net (après déduction des frais généraux)

300 000 $

Frais d’administration annuels

(4 000 $)

Salaire du médecin

(213 000 $)

Revenu imposable de la société

83 000 $

Taux d’imposition de la société***

12 %

Impôt des sociétés exigible

(9 960 $)

Liquidités après impôt pouvant être investies

73 040 $

[Retourner à l’illustration : C]

D. Cotisations dans des comptes personnels

Salaire du médecin

213 000 $

Cotisation REER

(27 230 $)

Impôt des particuliers exigible**

65 270 $

Liquidités après impôt

120 500 $

Frais de subsistance

(114 500 $)

Cotisation CELI

6 000 $

[Retourner à l’illustration : D]

E. Avec société : Montant total pouvant être investi

Liquidités après impôt pouvant être investies

73 040 $

REER

27 230 $

CELI

6 000 $

Montant total pouvant être investi

106 270 $

[Retourner à l’illustration : E]

F. Avantage du report de l’impôt

Sans société

77 500 $

Avec société

106 270 $

Avantage du report de l’impôt

28 770 $

[Retourner à l’illustration : F]