Skip to main content

Prendre congé pour la venue d’un enfant, qu’est-ce que cela implique?

Une maman en train de donnait un calant à son nouveau née.

Qu’une grossesse pendant votre résidence soit planifiée ou une surprise totale, vous aurez une multitude de choses auxquelles penser pour vous organiser, au point de vous donner le tournis.

En effet, prendre un congé de maternité ou un congé parental pendant la résidence peut représenter tout un défi. Vous sentirez peut-être le besoin de retourner rapidement au travail pour des raisons financières. Il arrive aussi parfois que des résidentes et résidents craignent d’être mal vus parce qu’ils prennent un congé, surtout dans certaines spécialités chirurgicales. Il n’en demeure pas moins qu’avoir un enfant pendant la résidence a ses avantages. Par exemple, ce sera peut-être la seule fois en carrière où vous aurez droit à un congé payé grâce à l’assurance-emploi (AE) et aux prestations complémentaires.

La bonne nouvelle, c’est qu’en planifiant le moindrement, vous pourrez bien vous préparer financièrement et mentalement.  Voici quelques-uns des aspects à prévoir.

Répercussions du congé sur la résidence

Pour planifier votre congé, vous devez prendre conscience de ses répercussions sur votre résidence.

CONSEIL : Discutez avec votre directeur de programme au sujet de la politique de la faculté concernant la grossesse pendant la résidence.

Par exemple, dans certains cas, il ne devrait pas y avoir de gardes de nuit après un nombre déterminé de semaines de grossesse.  Sachez également que prendre un congé de maternité ou un congé parental aura pour effet de prolonger la durée de votre résidence. Vous devrez reprendre le temps perdu pour répondre aux exigences de votre programme de formation. N’oubliez pas non plus que les examens de certification donnant le droit d’exercer n’ont lieu qu’une ou deux fois par année.

Prestations de maternité et prestations parentales

Pour subvenir à vos besoins pendant votre congé, vous pourriez être admissible à diverses prestations, notamment celles de l’AE et celles de votre association de résidents.

Prestations d’assurance-emploi

En raison de la pandémie, des mesures temporaires ont été adoptées pour faciliter l’accès à l’assurance-emploi. En vigueur depuis le 26 septembre 2021, elles dureront un an.

Normalement, pour être admissible à l’AE, vous devez avoir accumulé au moins 600 heures d’emploi assurable dans la période de 52 semaines précédant la date de début de votre demande ou dans la période commençant au début de votre dernière période de prestations, la période la plus courte étant retenue. En vertu des mesures temporaires, vous devez accumuler seulement 420 heures pour y être admissible au lieu des 600 heures habituellement requises.

Pendant un congé parental ou un congé de maternité, les prestations d’assurance-emploi correspondent à 55 % de votre salaire de base (jusqu’à concurrence d’un maximum donné). Pour connaître le montant auquel vous pourriez avoir droit, utilisez cette calculatrice.

Note : Si vous habitez au Québec, les prestations de maternité, de paternité et d’adoption de même que les prestations parentales sont versées par le gouvernement provincial. Pour en savoir plus sur le congé de maternité et le congé parental, consultez notre article Conjuguer médecine et bébé au Québec.

Voici quelques données sur les prestations de l’AE pour 2022 :

  • Prestations de maternité : Jusqu’à 15 semaines pour la personne qui donne naissance (y compris les mères porteuses), puis possibilité de prestations parentales;
  • Prestations parentales standards : Jusqu’à 40 semaines, qui peuvent être partagées entre les deux parents, mais un parent ne peut bénéficier de plus de 35 semaines de prestations. Le versement maximum hebdomadaire est de 638 $;
  • Prestations parentales prolongées : Jusqu’à 69 semaines, qui peuvent être partagées entre les deux parents, mais un parent ne peut bénéficier de plus de 61 semaines de prestations. Le versement maximum hebdomadaire est de 383 $.

Prestations des associations de résidents

Vous pouvez peut-être bénéficier de prestations complémentaires à celles de l’AE par l’entremise de votre association de résidents. Par exemple, en Ontario, la convention conclue entre la Professional Association of Residents of Ontario (PARO) et le Council of Academic Hospitals of Ontario (CAHO) (en anglais) prévoit jusqu’à 27 semaines de prestations complémentaires pour les résidentes qui prennent un congé de maternité et un congé parental (15 semaines de prestations de maternité et 12 semaines de prestations parentales). En outre, elle prévoit 12 semaines de prestations complémentaires pour les personnes qui ne prennent que le congé parental (pères et parents adoptifs). Ces prestations s’ajoutent à vos revenus hebdomadaires, jusqu’à concurrence de 84 % de votre salaire de base.

Consultez la convention de votre association de résidents pour en savoir plus sur les prestations de congé de maternité et de paternité offertes dans votre province ou territoire.

Assurance vie et assurance invalidité

Communiquez avec votre association médicale provinciale ou territoriale pour connaître vos protections et les répercussions éventuelles d’un congé.

Par exemple, en Ontario, les médecins résidentes qui souscrivent une assurance vie ou invalidité auprès de l’Ontario Medical Association conservent leurs protections pendant un congé de maternité, en plus de continuer de toucher leurs prestations de la PARO (en anglais).

Prestations pour la garde d’enfants

Vous êtes peut-être admissible aux programmes gouvernementaux de prestations pour enfants tels que l’Allocation canadienne pour enfants (ACE).

L’ACE est un montant non imposable versé aux familles chaque mois pour les aider à subvenir aux besoins de leurs enfants de moins de 18 ans. Cette allocation est offerte dans toutes les provinces et tous les territoires.

ÉTAPE SUIVANTE : La plupart des provinces ont aussi, pour les familles admissibles, des programmes de prestations pour enfants qui s’ajoutent à l’ACE. Renseignez-vous à ce sujet.

Services de garde

Les services de garde d’enfants coûtent cher, et ils ne sont pas toujours faciles à trouver. Examinez vos options dès que possible pour trouver celle qui vous convient le mieux et ne pas vous laisser prendre au dépourvu le moment venu de retourner au travail.

Au Canada, les frais de garde peuvent aller de 200 $ à 1 900 $ par mois, selon une enquête menée en 2021 par le Centre canadien de politiques alternatives.

Essayez de sortir des sentiers battus dans la planification de la garde de votre enfant. Il se pourrait qu’une combinaison de différentes options soit pour vous la meilleure formule, par exemple alterner entre la garderie et un proche parent, ou encore partager une gardienne avec une autre famille. À moins que votre conjoint ne décide de rester à la maison!

Régime enregistré d’épargne-études

Il n’est jamais trop tôt pour commencer à investir dans l’éducation de votre enfant. Le régime enregistré d’épargne-études (REEE) est un régime d’épargne à imposition différée offert par le gouvernement du Canada. Il permet de mettre de côté jusqu’à 50 000 $ par enfant sans payer d’impôt sur les revenus accumulés, jusqu’au moment de retirer l’argent.

Chaque année où vous cotisez, le gouvernement fédéral verse un montant dans le REEE de votre enfant, ce qui contribue à faire fructifier votre épargne plus rapidement. La partie versée par le gouvernement, soit la Subvention canadienne pour l’épargne-études, peut atteindre 7 200 $ par enfant jusqu’à ses 18 ans.

Votre enfant doit avoir un numéro d’assurance sociale pour que vous puissiez ouvrir un REEE à son nom; ne tardez pas à en faire la demande. 

ÉTAPE SUIVANTE : Votre enfant doit avoir un numéro d’assurance sociale pour que vous puissiez ouvrir un REEE à son nom; ne tardez pas à en faire la demande

Communiquez avec une conseillère ou un conseiller MD* pour en savoir davantage sur la planification d’un congé de maternité et d’un congé parental.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.